Les murs en mousse et en béton poussent en quelques jours contre trois semaines sur un chantier traditionnel : l’université et la métropole de Nantes ont lancé, mercredi, la construction d’un logement social par impression 3D robotisée, une première française.

Sous une grande tente blanche, coincée entre un espace boisé et deux barres d’immeubles HLM d’un quartier de Nantes, un robot industriel piloté par deux chercheurs de l’université se déplace en roulant sur la dalle de la future maison. Son bras articulé injecte une mousse, du polymère, déposée couche par couche pour former une paroi qui atteindra jusqu’à quatre mètres de haut, et dans laquelle le béton est coffré au fur et à mesure de l’élévation des murs. Chaque tronçon est réalisé grâce à une impression 3D XXL, le robot, guidé par un capteur laser, exécutant la maquette numérique de l’architecte. Cette maison de 95 m² comporte quatre chambres, un séjour, une cuisine et deux salles de bain. « Normalement, l’élévation des murs, avec deux maçons qui poseraient les parpaings, prendrait environ trois semaines. Là, avec la machinerie, en 33 heures chrono, on serait capable de réaliser la maison. On va le faire en trois jours », indique Benoît Furet, professeur à l’université de Nantes et responsable du projet « BatiPrint3D ».

Lire la suite de l’article :

Article sur LE TELEGRAMME